Les films de la semaine (1)

Publié le par florian

J’ai vu plein de films, la semaine denière

 

On a bavardé pendant Jules & Jim, on a parlé parfois d’autre chose, mais on a écouté Catherine chanter le Tourbillon. J’aime beaucoup le phrasé et les expressions d’Oscar Werner (Jules). J’attends de voir Fahrenheit 451.

 

Westworld est un film qui en annonce d’autres d’après une encyclopédie collective. De fait, on pense à tous les films qui parlent de réalité virtuelle, de jeu et de révolte de machines. Même si je n’ai vu que Planet Terror et les Goonies, j’aime Josh Brolin. Je pense à lui pour jouer Jaime dans une éventuelle adaptation de la Maison aux esprits. Ici, c’est James Brolin que je découvre. Yul Brunner y est un robot maniac comme un Maniac Cop, un Maniac Cow-boy en somme. Je n’avais jamais entendu parler de ce film et je l’ai vu par hasard. Si je l’avais eu vu plus jeune, il m’aurait eu marqué.

 

Tirez sur le pianiste est un vrai polar, avec Marie Dubois et Charles Aznavour qui rappelle Jonathan Pryce dans Brazil, pour la tristesse dans le regard. J’aime bien les dialogues, la musique (sauf Boby Lapointe, un jeu oppressant), Michèle Mercier un peu et Marie Dubois bien plus. J’aime bien aussi le rendu des décors naturel de ce film et de Jules & Jim. Truffaut filme bien les paysages brumeux.

 

J’ai lu espèce d’espace de Georges Pérec qui y évoquait Grenoble, (un des lieux de Tirez sur le pianiste) et 2001, l’Odyssée de l’Espace. Il y a quatre films dans ce film. Je l’ai vu près du Danube mais je n’ai pas dansé. J’imagine un espace (salle de cinéma, arrière salle de café, foyer de lycéen, station de métro, passage souterrain, galerie commerciale, tour publicitaire, chaîne câblée, église) où le film serait diffusé, la nuit, à la foule, à quelques passants ou à personne.

 

Wargames fait partie de ces films que je ne serais pas allé voir a priori. Étant à ma disposition, je l’ai abordé comme un documentaire sur les films de guerre froide et d’as juvénile de l’informatique qui se mettent dans de ces situations (l'affiche est parlante). C’était distrayant, moins lourdingue que je ne le craignais, malgré le côté ado. On pense même à Doctor Strangelove pour la situation et 2001, pour l’ordinateur. Le réalisateur a un nom du tonnerre.

 

Jules et Jim, François Truffaut, 1962

Westworld, Michael Crichton, 1973

Tirez sur le pianiste, François Truffaut, 1960

2001, a Space Odyssey, Stanley Kubrick, 1968

Wargames, John Badham, 1983

 

Pour être informé des derniers articles, inscrivez vous :

Commenter cet article

Spim Spoum ? 29/09/2009 14:32


Tiens, c'est la rentrée ici aussi... Bientôt quelques petites choses sur l'absurde festival nantais où nous avons vu de bien jolies choses.
Et c'est quoi ces commentaires "deux liens" ?


florian 29/09/2009 22:41


Je crois des spam, j'ai eu la faiblesse d'y répondre. on devrait les supprimer, n'est-ce pas ? oui