Mutant Aquatique en Liberté (Sean S. Cunningham, 1989)

Publié le par Mr Blouch

 Je me souviens, l'époque bénie de la prime enfance, où je commençais à m'ébrouer de mes propres poils dans les deux vidéothèques de ma petite ville... Très vite attiré par les rayonnages "Fantastique/Horreur/Boucherie chevaline", mes yeux et mon estomac tentaient d'évaluer l'intérêt potentiel des oeuvres planquées derrière les nombreuses jaquettes, retardant l'heure du choix et de la prise en main du petit carton numéroté à remettre à la dame ou au monsieur caché derrière le comptoir. Au-dedans de moi, un adorable petit diable hurlait "je veux voir Hellraiser ! prends Freddy 3 ! tu verras, je suis sûr que Bad Taste c'est super ! allez, fais pas ton bébé, ce soir, on se fait M.A.L. !". Mettons de suite une interdiction de poursuivre sur tous les jeux de mots que le titre de ce film nous évoque, et pour une fois, au lieu de se rabattre sur "Jumeaux" ou "Chérie j'ai agrandi le bébé", ayant le courage de nos ambitions et louons-le, M.A.L. !

Générique aguicheur, une production Kassar & Vajna (responsables entre autres de Rambo, Total Recall et Terminator 3) réalisée par l'initiateur de la pas terrible série des Vendredi 13 et un casting dont Miguel Ferrer est la seule gueule pas inconnue, un titre plutôt évocateur nous laissant entrevoir la possibilité d'un gros monstre marin méchant méchant très méchant : on s'attend à un petit divertissement agréable, et on a raison. Le scénario est tout ce qu'il y a de linéaire (les protagonistes font exploser une caverne sous-marine, laissant s'échapper un gros croisement entre les vers de dune, un tétard et un teckel qui, mécontent, les bouffe les uns après les autres) et malgré tout on comprend pas toujours ce qu'il se passe, les personnages n'ont aucun charisme (sauf Miguel bien sûr, et le co-pilote "Droopy"), mais les morts sont rigolotes et ça ne pose aucun problème de raconter des bêtises pendant la projection, bien au contraire. Les images sont plutôt réalistes, on croit tout à fait aux péripéties sous-marines, et la bêbête est très réussie, mais ne ressemble à rien de connu sur cette terre (parce que c'est dans la mer, ok). De plus, comment elle a réussi à se nourrir depuis tous ces milliers d'années si elle est carnivore ? Elle a dû en bouffer du crille...

Commenter cet article

m. florian 03/12/2006 22:04

en effet, il y a bien un type qui se fait couper en deux dans le film.
vivent les affiches qui ne déçoivent pas !