Keubla

Publié le par m. florian

Pour résumer, à un moment donné, on aurait pu dire que dans Métal Hurlant, il y avait la essèfe d'un côté et les rigolos de l'autre, avec parfois du mélange, voire autre chose dans les numéros spéciaux, bref.
Côté rigolo, i y avait, entre autres, Chaland, Margerin, Dodo & Ben Radis, Tramber et Jano. Ces six derniers faisaient dans le référencé (Marcinelle façon 50's, Walt Disney façon 60's, un peut tout dans la bd aussi, ce qui donne une bd façon 80's) Ces cinq derniers faisaient dans le loubard/Rock'&'roll (Métal Hurlant, donc). Ces quatre derniers faisaient dans l'anthropomorphisme. Ces deux derniers avaient inventé Kébra. Ce dernier s'est cassé en Afrique.

Outre des Carnets d'AfriqueJano a ramené deux albums, recueils d'aventures de Keubla (dont une rencontre avec Kebra). Sur la piste du Bongo  et Wallaye  se trouvent enore dans les librairie, car si la première édition est de 1986/1987, la dernière date de 2003.

Du plaisir à regarder les images à peu près autant que Jano a eu l'air d'avoir à les dessiner, sinon, il n'aurait pas autant fignolé le détail, la mise en scène. Du plaisir aussi avec les couleurs, les ambiances. Du plaisir encore avec le langage, sorte de pidgin français (oui mais pas vraiment du créole) mélangé à de l'argot.

Ces bandes-dessinées ont largement contribué à me fournir une représentation de l'Afrique, parce qu'elles ne contredisent pas les romans d'Amadou Kourouma (Allah n'est pas obligé..., En attendant le vote des bêtes sauvages) qui y a aussi participé, à construire cette vision pas claire, d'un monde aux repères obscures, où quand on va d'un village à l'autre, on a l'impression de changer de pays. Et bien voilà à quoi ça peut servir, un carnet de voyage. L'auteur montre ce qu'il voit, il le raconte, mais ne donne pas forcément d'explications. À charge pour le lecteur d'essayer de comprendre, s'il veut, car les bibliothèques en donnent les moyens . En tout cas on reste avec les mêmes questions dans la tête que peut avoir un Tchadien ou un Malaisien qui se promènerait en France et se poserait les questions qu'on ne pense plus à se poser. Et vivent les voyages ! Et vive Gulliver !

Oui, ce n'est pas une vision très réaliste. Mais où tu as vu que l'Afrique était réaliste ? De toute façon, c'est la seule que j'ai pour le moment, et qui vaut mieux, j'ai l'impression, que Tintin au Congo. Tiens, il paraît qu'il faudrait voir le dernier roi d'Ecosse.

Commenter cet article