Les Clip's - Que faire ?

Publié le par Des Extrêmes Satyres

Hey, les amis ! Voici une petite chose retrouvée au fond d'un tiroir le week-end dernier. Il s'agit d'un morceau, que l'on n'appelait encore ni "protozique" ni "protosong" à l'époque, juste un texte de Gilles Létoile sur une musique de Thierry Galaxie destiné au merveilleux groupe Les Clip's.

Voici, rien que pour vos yeux et vos oreilles :




Télécharger "Les Clip's - Que faire ?"

 
Paroles :

Quand on a dans le corps un petit coeur qui bat,
Mais qui n'est pas d'accord pour aller au combat,
Quand on sait ce qu'on veut, mais pas ce que l'on vaut,
Quand on se trouve à deux, acculés dos à dos

Quand on a dans la main la main d'une personne
Qu'on ne connait pas bien et puis qu'on abandonne
Quand on a froid aux mains, quand on a froid aux yeux,
Quand on se trouve enfin, on se trouve trop vieux

Que faire ?

Quand on veut encore croire que l'on vit dans un rêve
Lorsque tout autour foire et qu'à la fin on crêve
Quand le réveil matin ne suffit même plus
A se lever matin parce qu'on n'en peut plus

Pour un type qui quête alors que s'il voulait
Se prendre un peu la tête, sûr qu'il s'en sortirait
Pour un type qui bosse bien que persuadé
Que sa route est la fausse, qu'il n'y en n'a pas de vraie

Que faire ?

D'une vie qui n'veut pas finir, qui n'aurait pas dû commencer
Mais maintenant qu'on est ici, il va bien falloir continuer
A part se souvenir de tous ces bons moments
De ces quelques fous rires qu'on a vécus avant

Je ne vois rien à faire que chanter des chansons
Et boire de la bière en attendant
Je ne vois rien à faire qu'écrire des chansons
Pour la jolie bergère qui garde ses moutons

En m'attendant...

Publié dans Protosongs

Pour être informé des derniers articles, inscrivez vous :

Commenter cet article

gilles létoile 08/06/2007 13:17

Je me souviens. C'était la période où, pour avoir l'air lucide, l'auteur du texte faisait le dépressif (influence de chanteurs dont on ne doute pourtant pas de la sincérité - Nick Cave, Dominique A, etc.). Double simulacre, donc, dont le pire se trouve dans les strophes du milieu... Heureusement, Joe Dassin, référence tutélaire, reprend le dessus.