Vilebrequin

Publié le par m. florian

Des auteurs inconnus de moi (Obion et Arnaud Le Gouefflec, auteurs de Vilebrequin) ont vu leur travail bousillé par un éditeur peu consciencieux de chez Casterman. Les auteurs et la SNAC (le Syndicat National des Auteurs et Compositeurs) ne voient aucun inconvénient à relayer le problème. Alors, je relaie, comme l'ont fait Maëster et James & la tête X. Quand j'ai besoin d'un point de vue d'auteur sur l'économie de la bande dessinée, je me réfère à leurs blogs. Maëster résume suffisamment bien la situation, et Obion la décrit complètement ICI.

En quelques mots, une erreur de pagination a provoqué un décalage dans les planches. Elles sont toujours dans l'ordre, mais la page s'en retrouve du mauvais côté du livre (à gauche au lieu d'à droite et vice-versa) gâchant les effets d'enchaînement prévus dans la conception du livre par les auteurs. C'est pour ça que je relaie. C'est l'occasion de dévoiler un aspect technique dont certains auteurs tiennent compte. C'est aussi l'occasion de rappeler le bon vieux débat du "pour ou contre le remontage d'albums d'un format à l'autre" comme dans les vieilles collections de bande dessinée 16/22 de chez dargaud ou les j'ai lu BD, de chez J'ai lu, ou la nouvelle collection de Corto Maltese chez Casterman, l'éditeur incriminé dans cette affaire. La prochaine fois que vous lirez une bande dessinée, vous pourrez y penser.

Il ne s'agit pas ici de donner un avis. Je ne suis pas puriste, mais je reste dubitatif face à ces méthodes : ce n'est pas la même chose de remonter Druillet et Schultz. Tous les auteurs ne mettent pas les mêmes enjeux dans la composition de leurs planches. Bref, les cas varient. Il s'agit plutôt de défendre un principe qui est le respect de l'auteur. L'auteur travaille avec l'éditeur. L'éditeur parfois influe sur le travail de l'auteur à la suite de discussions parfois âpres, mais il s'agit quand même de discussions. Dans ce cas précis, le manque de concertation est évident. L'éditeur considère leur réaction comme "un caprice d'auteur" et ne veut pas, pour le moment, prendre les mesures que leur erreur devrait leur imposer : le retour des ouvrages envoyés aux librairies à l'éditeur. Je me demande seulement si ce ne devrait pas être aux auteurs de donner leur bon à tirer. (Note en cas de carrière d'auteur : chercher cette clause dans un contrat).

Pour plus de précisions je renvoie donc aux liens plus haut et notamment ICI, où l'on trouve des pièces fournies par toutes les parties (auteurs, snac, casterman)...

 

 

Qu'en pense un avocat ?

Commenter cet article

m. florian 29/06/2007 23:09

un autre commentaire dans la note du 27 juin : http://manularcenet.canalblog.com/ (oui, il a changé d'hébergeur)

Mr Blouch 15/06/2007 11:23

Juste pour dire qu'Arnaud Le Gouëfflec est aussi musicien et que j'aime vraiment beaucoup ce qu'il fait, en particulier le morceau "Poupée" que l'on peut écouter sur son myspace : www.myspace.com/arnaudlegouefflec.