A l'ombre de vos centrales je crache mon cancer je cherche un nouveau nom pour ma métamorphose je sais que mes enfants s'appelleront vers de terre

Publié le par Tzvetan Liétard

Ah ah ah ! J’étais sûr que je pourrais jouer le début du thème du Train sifflera 3 fois à l’harmonica ! Deux personnages ont des noms de cinéastes (Frank Miller et Sam Fuller) et un acteur a un nom de personnage (Harry Morgan). C’est la première fois de ma vie que je vois un film avec Gary Cooper.

Dans Hunger le réalisateur à un nom d’acteur et l’acteur principal a presque un nom de réalisateur. C’est la première de fois de ma vie que je vois un film avec Michael Fassbender mais pas avec une musique de David Holmes (qui a un nom de détective).

J’avis déjà vu L’aventure, c’est l’aventure, sur les conseils d’un copain. Il l’a ressorti la semaine dernière, j’ai dû le montrer. Des mercenaires négocient avec Juarez.

Une séquence de Vera Cruz eût sa place dans La Classe américaine. Gary Cooper aussi. Des mercenaires négocient avec Juarez.

On aime Balle de laine car ce dessin animé n’oublie pas la dégueulasserie des gens.

L’un des plaisirs procurés par Fin août, début septembre est celui de retrouver des acteurs qui deviennent familiers depuis le début de cette entreprise d’écran noir et nuit blanche (comme Éric Elmosino vu chez Podalydès et dans Bernie, Nathalie Richard rencontrée dans la Bande des quatre ou Riens du tout, Alex Descas dans Persécution, et Catherine Mouchet dans Ma petite entreprise). A Paris, on m'a emmené à la galerie Perrotin voir une exposition sur Duchamp, Murakami et Joseph Beuys. Je n'avais jamais entendu parler de ce dernier auparavant. Et puis hier, on en parle dans le film, et aujourd'hui, feuilletant un marie claire de 2008, j'apprends que Julien Doré en est fan.

 

High noon, Fred Zinnemann, 1952

Hunger, Steve McQueen, 2008

L’aventure, c’est l’aventure, Claude Lelouch, 1972

Vera Cruz, Robert Aldrich, 1954

Kublok, Nikolai Serebryakov, 1968

Fin août, début septembre, Olivier Assayas, 1999

 

Sur France Musique, on peut écouter l’hebdomadaire Cinéma song, une émission de Thierry Jousse sur la musique au cinéma. Il y a entre autre une chronique de l’actualité de la BO au cinéma (la première centrée sur les blockbusters de l’été). Cette semaine j’ai réalisé ne pas avoir vu un film de Pedro Almodovar depuis près de dix ans et j’ai appris le nom d’Alberto Iglesias. Quant à moi, j’écouterai notamment celle sur Henry Mancini dans les films de Blake Edwards (rapport au cycle de la cinémathèque).

Commenter cet article