Bardel (7)

Publié le par Florian

     Je m’aperçois que par deux fois, j’ai risqué de donner une mauvaise image de la corporation notariale. Ce n’est que coïncidence. Le premier notaire dont Arthur était le clerc, s’il n’a pas été blanchi, n’a pas non plus été convaincu du crime sordide dont on l’accuse.
     Quant à Tryphon, j’ai mal jugé sa proéminence. Rien de pervers, en effet, dans l’arme qu’il pointa sur moi après s’être introduit dans le bureau du défunt.
     Je ne l’ai pas vu entrer, occupé que j’étais à chercher quel registre contenait le plus grand nombre de nombres premiers. J’en étais à me demander si 13.433 DM en était bien un quand il a commencé à racler sa gorge.
     - Monsieur Sounsokret, fis-je. Étant donnés les évènements, nous n’avions pas proprement été présentés mais ce nom, précédé de son prénom peu banal et d’un Me, figurait dans plusieurs registres.
     - Refermez ce registre, monsieur Pignole, me dit-il en pointant une arme qui, décidément, laissait présumer de la fleuraison insolente de l’entreprise teutonne.
     - Où est Marcelline ?
     - Elle se repose. Fermez ce registre.
     Je considérais l’album que je tenais entre les mains en essayant de comprendre ce qu’il pouvait y avoir de diplomatique dans sa façon de traiter certaines affaires. C’est vrai, je fais des phrases longues, mais c’est seulement dans le but de gagner du temps afin de pouvoir trouver le moyen d’échapper à Maître Tryphon Sounsokret, notaire sudatoire, à la barbiche corrompue, à moins que la situation ne vienne à se débloquer. J’ai refermé le livre.
     - Qu’y a-t-il dans ces registres ?
     - Rien de plus que ce que vous y avez trouvé. Pour l’instant, vous n’avez rien à craindre de moi. Je veux seulement vous montrer à qui vous avez à faire.
     Je ne répondis rien mais n’en pensait pas moins.
     - Pourquoi levez-vous les yeux comme ça ?
     - Mais enfin, mais vous êtes ridicule mon pauvre ami. Cela ne se fait pas de dévoiler ainsi son jeu. Oui, voilà, j’ai consulté les registres, et comme, apparemment, vous vous en doutez, je n’y ai entravé que dalle. Je n’aurais rien trouvé et aurais cherché ailleurs. Et voilà que vous allez me faire votre numéro. Gnagnagna nous sommes importants gnagnagna vous ne vous doutez de rien. Mais vous me titiller, Sounsokret, je veux en savoir plus. Qu’est-ce que Marcelline voulait que je découvre ici ?
     - Vous n’êtes pas en mesure de … dit-il en recevant le registre dans la gueule.
     - Qu’est-ce que Marcelline voulait que je découvre ici ? Demandai-je, une fois les circonstances réarrangées.
     - Arthur … Quelque chose devait le compromettre. Mais en le compromettant, vous auriez … mais de toute façon le document …
     Les organisations criminelles de province manquent sensiblement de subtilité. Il aurait pu essayer de m’amener à lui dire ce que j’avais découvert plus finement. S’il n’y avait rien gagné, il n’y aurait rien perdu.


     Ce maladroit ne m’a rien appris. Je pris congé de la jeune veuve et emportai le registre qui provoqua la timide ire de l’hétérozygote hircin, ainsi que la réponse d’Arthur à Bardel.

Tryphon-Sounsokret.JPG

Publié dans Feuilleton

Commenter cet article