C’est ça, ouais (18)

Publié le par Florian

Dans 24 city, on chante l’Internationale en chinois. Certains quartiers de la ville rappellent furieusement Belgrade.

Dans Les Brigades du Tigre, on chante l’Internationale en russe. Jacques Gamblin fait un bon Bonnaud. Olivier Gourmet fait un drôle de marseillais.

Dans L’or de Mackenna, on entend (mais on ne voit pas) José Feliciano qui chante une superbe chanson anti-capitaliste. C’est lui qui chante the windmill of your heart. Omar Sharif y est un superbe méchant.

Fog of war, ce sont 11 leçons de Robert Strange McNamara, ancien secrétaire d’État de la guerre sous Kennedy (l’affaire des cochons cubains) et Lyndon Johnson (l’affaire de la guerre du Vietnam). On pense aussi à Doctor Jacket et Full Metal Strangelove.

Dans Pour une poignée de diamants, Michael Caine cherche son fils partout. C’est la troisième fois au cours de ce cycle qu’on a l’occasion de voir un peu le Paris des années 70 dans une production étrangère, après Le dernier Tango et l’Homme Marathon. Avec Delphine Seyrig et Yves Afonso. On n’entend pas José Feliciano, mais la BO fonctionne.

 

二十四城记/二十四城記, Er si shi cheng ji (l’histoire de la cité 24), Zhang Ke Jiah , 2008

Les Brigades du Tigre, Guillaume Cornuau, 2005

MacKenna’s gold, John Lee Thompson, 1969

The Fog of War, Eleven lessons from the life of Robert S. McNamara, Errol Morris, 2003

The Black Windmill, Don Siegel, 1974

Commenter cet article