Da sind Sie auf dem Holzweg

Publié le par Florian

Trois films avec des trains, trois films avec Burt Lancaster, deux films dans une France vue par des Américains.

Dans
Le Pont de Cassandra, il y a des terroristes suédois. On ignorait qu’ils existaient.
Putain de corde à la con. Parfait ! Salut les p’tit pédés ! ghghihiii. C’est vrai, il y a aussi un peu de ça dans Le Corsaire rouge, mais c’est aussi l’occasion de retrouver Ischia où j’avais passé des vacances, même si le film est censé se passer dans les Caraïbes.
Monsieur Verdoux est sympathique. C’est horrible, mais il est sympathique.
Le Train
est presque un film de partisans. Est-ce qu’il suffit que le vrai nom de Charles Millot soit Veljko Milojević pour que ça le devienne ? En tout cas c’est un film de résistant comme il y en a très peu en France, si je ne m’abuse. Michel Simon y fout une latte à Burt Lancaster.

Cassandra’s crossing, George P. Cosmatos, 1976
The Crimson Pirate, Robert Siodmak, 1953
Monsieur Verdoux, Charles Chaplin, 1947

John Frankenheimer’s The Train
, John Frankenheimer (après l'éviction d'Arthur Penn)
, 1964

Pour être informé des derniers articles, inscrivez vous :

Commenter cet article