Et c'est reparti, il y a des paroles dessus, des vraies

Publié le par florian

On commence avec le 300ème depuis le début de cette entreprise de culture générale, si point ne comptons courts et docs.

 

Tout comme le tout premier film de l’année (the road), j’ai vu le dernier à Brest. Il faut faire un effort pour se souvenir trois semaines plus tard du Nom des gens. Je crois pourtant que c’était original. Je l’avais voulu voir guidé par de Penguern, et la filiation y est. Une scène, apparemment anodine, reste : À un moment, Bahia tente de se confier au sujet d’un trauma lié аu piano. Arthur : « Du piano ? C’est bien, ça… », fit-il évasif, pensant à autre chose et quittant la pièce, laissant Bahia sinon désemparée, du moins désappointée. En fait, il était parti dénicher un vieux Yamaha. Finalement, il était avec elle. La scène de l’après-repas fait penser qu’un éléphant n’est pas nécessairement un bon acteur.

Ce n’est pas désagréable de regarder un film aussi inepte que Double Riposte. Malgré toutes ces morts, le film est inoffensif. Nick Mancuso est un bon méchant, qui fait un peu penser à voisin Jean-Pierre. On pense qu’un gang est une exacerbation du communautarisme.

Michael Caine me semble meilleur dans comédie que dans thriller. Le pacte Holcroftest encore une histoire de nazis fomentant un quatrième reich. Frankenheimer, Schlesinger, Schaffner, même combat ?

Je sais pourquoi le Petit Nicolas m’a déçu ! C’est parce qu’un enfant peut faire une rédac’, mais pas un film, que les histoires du petit Nicolas, ça ne se voit pas que c’est un Grand qui les écrites, alors que le film, ça se voit trop que ce n’est pas un enfant qui l’a fait.

Quand Anthony Burgess écrit des dialogues, ils sont toujours un peu plus intelligibles lorsque l’on connaît une langue slave. C’était le cas avec Orange Mécanique, et ça l’est toujours dans La Guerre du Feu. Ça donne l’impression de comprendre l’ulam, quand un personnage dit « do meni » (daj meni/donne moi) ou « vatra » (Feu). La scène des mammouths fait penser qu’un éléphant n’est pas nécessairement un bon acteur. Le Deuxième sexe éclaire les relations entre Naoh et Ika. On se rappelle Nataq, la chanson de Richard Desjardins.

 

Le nom des gens,Michel Leclerc, 2010

Today you die, Don E. FauntLeRoy, 2006

The Holcroft Covenant, John Frankenheimer, 1985

Le petit Nicolas, Laurent Tirard, 2009

La Guerre du Feu, Jean-Jacques Annaud, 1981

Pour être informé des derniers articles, inscrivez vous :

Commenter cet article