If you are mean enough to steal from the blind help yourself

Publié le par Florian

 

Je suis très content de cette semaine. Tout était super.

 

J'utilise parfois Gratte-Papier pour les cours de conversation.

Les enchaînés, une histoire de nazis et d'espions au Brésil, 63 ans avant. La première fois que j'ai pitié pour un nazi.

Dans L'Ange bleu, on apprend à prononcer the.

- Ze.
- Nein, The.
- De.
- The, The, The.
- Dze ...
- Ach !
Avec Marlene Dietrich.

La Soif du mal donne la fièvre. La musique de Henri Mancini y est sûrement pour quelque chose. Il est temps que j'achète une bouteille de whisky pour mes séances de cinéma. Avec Marlene Dietrich.

Pour la peau d’un flic est l'adaptation littéraire de la semaine. J'avais lu Que d'os de Manchette, l’année dernière. Je me rappelais vaguement d'un nazi breton, et d'une clinique. J'ai eu très peur de voir un Delon des années 80 et j'ai eu beaucoup de plaisir. Un humour des grandes personnes de quand j'étais petit. Et Michel Auclair. Depuis que j'ai découvert son nom de baptême ...

Entretien sur Pascal est un court-métrage émouvant et qui éclaire de façon inattendue la Soif du mal, au moment où on parle de mauvaise foi, et d'accepter l'homme dans sa faiblesse.

Je n'ai jamais autant visité la France que depuis que je suis à Belgrade. L'autre jour, par exemple, j'étais à Clermont-Ferrand. Ma nuit chez Maud m'a rappelé ma nuit chez Maud, en mieux. Où est la plage de la scène finale ?

Blow out éclaire de façon inattendue la Soif du mal, au moment où Jack essaie de garder le contact avec la personne sur qui il a placé un micro.

 

Gratte-Papier, Guillaume Martinez, 2006

Notorious, Alfred Hitchcock, 1946

Der Blaue Engel, Josef von Sternberg, 1930

Touch of Evil, Orson Welles, 1958

Pour la peau d’un flic, Alain Delon, 1981

Entretien sur Pascal, Eric Rohmer, 1965

Ma nuit chez Maud, Eric Rohmer, 1969

Blow out, Brian Depalma, 1981

 

Pour être informé des derniers articles, inscrivez vous :

Commenter cet article

Gary Crant 15/07/2010 14:46



Il me semble que Romarin était assis à mes côtés lors du visionnage des enchaînés. C'est un très bon souvenir, une image réminiscente de hall et d'escalier, assortie d'un sentiment trouble.



Florian 19/07/2010 13:16




À part la fois où on a partagé une soupe de canard (où une nuit à Casablanca, je ne sais plus), le seul film que j’ai vu avec Romarin
fut MASH pendant un orage quand il était rennais. Genre moi aussi j’ai regardé des films avec lui. C’était aussi un bon souvenir. Pas seulement pour le film.