La défense est plus diffilcile que l’attaque (12)

Publié le par Florian

Dans L’enfant du cauchemar, John a des faux airs de Romarin.

Dans Hôtel du Nord, on peut voir Bernard Blier quand il avait… mmh… attends voir … 38 moins 16 (il est né en 1916), ça fait 22 ans. Il faisait plus vieux. Et Arletty avait 1938 moins 1898, 40 ans. Elle faisait plus jeune. Annabella était jolie.

La Traque Dangereuse raconte le démantèlement d’un groupe indépendantiste albanais dirigé par le professeur Čemail, dans la Yougoslavie de 1980. Bata Živojnović a des faux airs d’un Lino Ventura interprétant Maigret, et Alain Noury de Timothy Dalton. Généralement, ce sont les méchants qui y ont une grosse moustache. On y entend (dans l’ordre) du français, de l’albanais, du serbo-croate, du macédonien, de l’anglais (Canada). On visite (entre autre) la frontière helvético-slovène, Belgrade, Priština et Skopje. C’est une production inter-nationale. C’est-à-dire que cinq des six républiques yougoslaves (sauf la Slovénie) y ont mis des sous, ainsi que la région, alors autonome, du Kosovo.

Dans Les sept samouraïs, c’est lequel ton préféré ? Je sais pas, j’hésite entre Kikuchiyo et Kyuzo. Et ton paysan préféré ? Yohei à cause de ses grimaces.

Un visage suspect est une comédie de Branislav Nušić assez populaire. Dans cette adaptation, on rencontre déjà Ljuba Tadić (Le regard d’Ulysse) ainsi que Rade et Olivera Marković (les parents de Goran). Il y a une belle tartarinade. Ça se passe à Ivanica. Jamais entendu parler.

Dans La fin de Freddy, l’ultime cauchemar, on peut entendre In-A-Gadda-Da-Vida. C’est avec sa victime sourde, Carlos, qu’il m’a fait le plus rire. Le titre orignal en rappelle un autre. Le masque a l’air d’un masque. Il est moins bien foutu.

 

Nightmare on Elm Street, part5, Dream Child, Stephen Hopkins, 1989

Hôtel du Nord, Marcel Carné, 1938

Opasni Trag, Miomir "Miki" Stamenković, 1984

七人の侍, Shichinin no Samurai, Akira Kurosawa, 1954

Sumnjivo lice, Predrag Dinulović, Soja Jovanović, 1954

Nightmare on Elm Street, part6, Freddy’s dead, the final nightmare, Rachel Talalay, 1991

Pour être informé des derniers articles, inscrivez vous :

Commenter cet article