N'oublie pas d'arroser l'aquarium

Publié le par florian

Grâce a ce blog, je découvre les titres français, comme par exemple, Deux têtes folles.

Oh et puis tiens regardons des films de réalisateurs de la nouvelle vague. Alors d’abord, Vivement dimanche, qui semble fureusement avoir été tourné dans les années 60. On visite la Provence dans son urbanité.

Le genou de Claire est passionnant. Je voudrais essayer la barbe a Brialy. On découvre Fabrice Luchini jeune qui a déja des intonations familières. On visite la région d’Annecy et ses lacs.

La Cambrure pourrait être une bonne introduction à Rohmer pour ceux qui craindraient de perdre une heure et demi à suivre un de ses films et qui aiment les seins (en tout bien tout honneur).

Les fantômes du chapeliers rendront fou ce Serraut tout en tic. On découvre François Cluzet jeune qui a déjà des intonations familières. On visite Quimper et Concarneau, mais on ne le sait pas.

La Bande des quatre est solidaire. On découvre un très court instant Albert Dupontel jeune qui a déjà oui bon. On visite la région parisienne toute en gare. La vraie découverte ici est Benoît Régent dont le jeu semble une raison de découvrir les films où il apparaît.

Pour mesurer le chemin parcouru des trois jeunes acteurs en une fois on peut regarder Paris.

 

Paris when it sizzles, Richard Quine, 1964

Vivement dimanche, François Truffaut, 1982

Le genou de Claire, Éric Rohmer, 1970

La Cambrure, Éric Rohmer, 1999

Les fantômes du chapeliers, Claude Chabrol, 1982

La bande des quatre, Jacques Rivette, 1988

 

Petit, la chanson m’avait traumatisé. J’ignorai qu’il y en eut un clip.


Pour être informé des derniers articles, inscrivez vous :

Commenter cet article