quelques lectures de vacances

Publié le par Tzvetan Liétard

 

Cet été, pendant les vacances, j’ai surtout lu.

 

Ce sont des livres lus entre le 21 juillet et le 25 août.


 

*********

product_9782070403561_195x320.jpg

 

Partant à Amsterdam, j’ai décidé de relire La Chute d’Albert Camus.


le-conflit.jpg

Avant de partir de Belgrade, j’avais emprunté au Chicon, le Conflit d’Élisabeth Badinter, pour le lui rendre à Bruxelles. Le ton sarcastique de l'auteure vis-à-vis des breastfeeder m’avait d’abord agacé, les références étaient curieuses. À la longue, le livre est devenu plus instructif, moins caustique et plus édifiant. Désormais, je me méfie des breastfeeders, mais surtout de ceux qui me disent comment je dois allaiter mon enfant.


index.jpg

À Évasions, Bruxelles, j’avais acheté quelques Marabout fantastique et Mes Années folles, une autobiographie de Marcel Dalio dans laquelle il évoque la mort d’un cheval sur le pavé de Paris, ce qui m’a rappelé la Traversée d’une vie de Françoise Rosay. C’est plein d’anecdotes. Le personnage le plus touchant est celui de Pierre Brasseur.


13310_713812.pjpeg.jpg

Le premier Marabout fantastique que j’ai lu est le varié Cérémonial Nocturne de Thomas Owen. Je garde les autres pour plus tard. Je veux dire le premier des deux achetés à évasion. Le tout premier que j’ai lu était un recueil de nouvelle de Selma Lagerlof. C’est un bon conteur. Le recueil contient un récit plus long que les autres et qui me marque d’une autre façon. J’ai du mal à saisir ce qui fait l’unité de ce recueil. Cela signifie que c'est varié. J'ai un faible pour une histoire de vampire (Le Chasseur) et le long récit final (Etranger à Tabiano).


philemon-integrales-tome-1-integrale-philemon-integrale-tom.jpg

Au musée de la bande dessinée (que je n’ai pas visité) je me suis offert le premier volume de l’intégral des aventures de Philémon de Fred.


du-cote-de-sarajevo-457198-250-400.jpg

Dans la bibliothèque de feu mon grand-père, il y a beaucoup de romans d’espionnage de type Fleuve Noir. Comme je vis dans les Balkans, j’ai été attiré par Du côté de Sarajevo de Jean Mazarin. On ne parle pas vraiment de Sarajevo, mais des Bled, une ville de Slovénie. J’ai surtout été étonné de l’accuité en matière de géopolitique de ce roman de 1977 qui disait comme si c’était évident que la Yougoslavie avait peu de chance de survivre à Tito en raison des nationalismes.

Peut-être un jour essaierai-je de lire un S.A.S.


41X5ueIHBjL._SY445_.jpg

Il y a aussi d’autres livres dans cette bibliothèque. Notamment le Mermoz de Joseph Kessel, dont la trajectoire est passionnante. Le sujet, le personnage, la période charnière que représente celle de sa carrière (la création de l’aéro-postale)  était passionnante. On saura que la période de l’entre deux guerre est une période qui m’intéresse relativement.

 

Incidents-de-la-nuit-David-B.jpg

 

Les Incidents de la nuit, c'était pour retrouver David B. grâce à qui j'explore une certaine littérature fantastique, notamment celle publiée dans Marabout Fantastique. Ce livre aurait pu être publié dans cette collection.


210.jpg

C’est aussi de cette époque (les années trente) que date le Chien Jaune de Simenon, un Maigret qui se situe à Concarneau. Pour une fois, la toponymie m’était familière.


unhommeestmort01.jpg

J’ai relu Un Homme est mort (attention ce lien renvoie vers un article du temps où le président était à peine Sarkozy) de Kris et Étienne Davodeau, le livre figure quant à lui dans ma bibliothèque. Comme j’ai passé cet été à explorer Brest, j’ai appris à ne plus confondre Jean Macé et Édouard Mazé.


dimanches-aout.jpg

J’ai aussi relu un Modiano, Dimanches d’août, qui m’a permis de constater que j’ai sais mieux lire. Je l’avais lu à la fin du lycée, sans vraiment le comprendre. C’est un très beau livre. J’y appris l’existence de Raymond Aimos 70 ans après sa mort le 20 août 1944, tué par une « balle perdue » lors de la libération de Paris.


9782258054707FS.gif


Enfin sur le trajet Brest – Paris – Beauvais – Belgrade j’ai eu l’immense plaisir de lire un autre roman de Roger Vercel – je n’avais lu que Capitaine Conan -  celui-ci étant Remorques, dont j’ai vu quelques jour plus tard l’adaptation de Grémillon. Le livre est bien moins daté que le film. On en reparlera.


*********


C’est bath de faire les livres du mois. Le simple fait de les évoquer évoque le moment où je les lisais.

 

Je continuerai peut-être.

 

*********

 

Bon, récapitulons !

La Chute, Albert Camus, 1956

le Conflit – la femme et la mère, Elisabeth Badinter,  2010

Mes Années folles, Marcel Dalio, 1976/1986

Cérémonial nocturne, Thomas Owen, 1966

Intégrale Philémon t.1, Fred, 2011

Du côté de Sarajevo, Jean Mazarin, 1977

Mermoz, Joseph Kessel, 1938

Les Incidents de la nuits, David B., 1999-2002, 2012

le Chien Jaune, Georges Simenon, 1931

Un Homme est mort, Kris et Étienne Davodeau, 2006

Dimanches d’août, Patrick Modiano, 1986

Remorques, Roger Vercel, 1935

 

Les illustrations correspondent aux éditions dans lesquelles je les ai lus.


 

Publié dans C'est pour lire

Commenter cet article