sur les bords d'la moselle j'avais un amour, elle m'faisait des quenelles, des patates au four

Publié le par Tzvetan Liétard

Longue pause dans l'écriture mais plein de films vus depuis un mois longtemps.

Ce titre vient d'une jolie chanson d'Yves Simon qui m'était tombée dans les oreilles il y a un mois. C'est juste pour me réapproprier un mot et me vacciner.

Untitled-1.jpg

Le Renne blanc m’a également été suggéré par Miša. Je retrouve des tics folkloriques de certains films yougoslaves de la même période. Sur ce plan, il m’a paru familier.
Sur deux autres points il m’a paru à la fois familier et exotique.
Le premier, c’est la figure du renne dans les étendues couvertes de neige rappelle celle du bison dans les plaines du farwest (note pour plus tard : White Bison et Moby Dick).
Le deuxième, c’est l’histoire de vampire que constitue ce film original, dont l’histoire est loin de Brâââme Stoker ou de LeFanu et rappelle quelques légendes amérindiennes. Je ne suis pas un spécialiste, mais j’ai été marqué par la lecture de Buddy Longway et je n’ai pas pu m’empêcher de repenser à l’Orignal et uà une histoire courte. Ce sont les séquences de documentaire animaliers qui m’ont le plus touché finalement.

 

lc-2.jpg

*********

Regénération m’a été suggéré par cette liste de Gashade. Beaucoup de trognes authentiques parmi les figurants et biens des comédiens expressifs et vivant.

titled.jpg


*********

The Blackbird se situe également dans un milieu interlope, mais cette fois, c’est à Londres. Les têtes paraissent moins authentiques, plus stylisée. J’avais déjà vu le thème du personnage double racontée ici dans une autre production Chaney/Browning. La fin horrible me paraît le cœur du film tant elle crée une rupture avec le reste du film qui n’était qu’ntéressant.

led-5.jpg


*********

aki2

Tiens ton foulard, Tatiana, est le plus simple, le plus beau des films de Kaürismaki.aki.jpg


*********

Untitled-3.jpg

Texas, nous voilà est une comédie un peu lourdingue mais quelques répliques sur l’identité m’ont étonné, elles m’ont d’autant plus surpris que les indiens sont plutôt montré de façon ridicules.

images.jpg

Delon sourie souvent, Tina Aumont, mignonne en « Lapin Blanc » semble avoir eu une carrière bis étonnante. « Lapin blanc », c’est le nom d’un personnage lui ressemblant dans Quatre doigts, l’homme de papier.

bd_manara12.jpg

*********

ozu-copie-1.jpgNous reverrons Dernier Caprice au plus fort de l’été prochain. L’omniprésence des marques américaines (ou occidentales) aident à situer ce  film dans le temps.

ozu2.jpg

 

Valkoinen Peura, Erik Blomberg, 1952

Regeneration, Raoul Walsh, 1915

The Black Bird, Tod Browning, 1926

Pidä huivista kiinni, Tatjana, Aki Kaürismaki, 1994

Texas across the river, Michael Gordon, 1966

小早川家の秋, Kohayagawake no aki, Yasujirō Ozu, 1961

 

Les notices de Georges Sadoul

 

Cette fois-ci Erik Blomberg :

(Helsinki 18 septembre 1913) Depuis 1936 le meilleur opérateur finlandais, devint réalisateur. En 1952, le Renne blancle rendit célèbre.

 


Toutes les illustrations sont de Šejma.

Pour être informé des derniers articles, inscrivez vous :

Commenter cet article