The world's gone wrong and so it must be

Publié le par Tzvetan Liétard

OSS 117 est un film intéressant. Le contexte est clair, on peut choisir de le piger (comme Larmina) ou non (comme Hubert). Dujardin joue admirablement le paternaliste.

Les Seigneurs du Behring (détroit dont on visite ici les côtes russes) parlent russe et chassent. Comme l’URSS n’existe plus, le travail est plus dur et certaines règles valables pour les capitalistes sont absurdes pour ces gens.

Le Cheval de Turin est peut-être le plus beau film de Béla Tarr de ceux que j’ai vu (ici, là ou là-bas). Il se regarde comme un tableau de scène rurale qui déraperait. L’habitude en plusieurs plans apprend au spectateur à sentir le temps. La photographie est magnifique. C’est la première fois que je fais un commentaire de ce type, mais rien que ce plaisir là prouve que le bonhomme ne se moque pas du spectateur. Quand je dis le plus beau, c’est peut-être le plus simple. Ses autres films contiennent des morceaux de bravoure, celui-là en est un à lui seul. Des films pour apprendre à regarder et à écouter, à percevoir donc.

Grâce aux auteurs du Free Cinema, on continue notre visite de Londres. Avec Every day except Christmas, nous découvrons Covent Garden, les Halles londoniennes.

Naissance d’une Nation est le plus vieux long-métrage de cette série. Il est aussi spectaculaire. On passe assez lentement de la succession de tableaux parfois spectaculaires illustrant les panneaux à des scènes vraiment dramatisée. L’une des filles Cameron, Mae Marsh rappelle Isabelle Huppert. Il y a un jeu typiquement américain qui perdure encore. (l’impression que l’un les frères Cameron auraient pu avoir été interprété par les frères Wilson et Jason Schwartzzmann). Vivement la deuxieme partie.

 

OSS 117, le Caire, nid d’espions, Michel Hazavanicius, 2006

Les Seigneurs du Behring, Patrick Boitet & Frédéric Motolli, 1996

A Torinói Lói, Béla Tarr & Ágnes Hranitzky, 2011

Every day except Christmas, Lindsay Anderson, 1957

The Birth of a Nation 1st part, D. W. Griffith, 1915

Commenter cet article