Y a pas d’autruche en Autriche, s’il y en a une, c’est qu’elle triche

Publié le par Tzvetan Liétard

Y a des abeilles en Autriche, mais elles habitent une aut’ ruche

J’avais eu vent juste avant de regarder Chronique d’une tempête annoncée et les Reportages à Naplouse de la polémique lancée par le président du CRIF suite à la diffusion d’une émission sur la possibilité de la création d’un état palestinien. Si j’ai bien compris les arguments de monsieur Prasquier, qu’aurait-il dit de ces reportages-là ?

Vous ne l’emporterez pas avec vous a des airs d’an 01 avec ses encouragements à faire des pas de côtés.

Je me sensibilise. Par exemple, la première fois que j’avais vu Zazie dans le métro (vers 2003), je n’avais pas eu le vertige durant les scènes de Tour Eiffel ; cette fois-ci, si. Je ne différenciais pas les personnages, je n’identifiais pas les acteurs, j’étais perdu quand Philippe Noiret n’était plus là ; cette fois-ci je me souviendrai de Vittorio Capprioli, de Jacques Gridoux Dufilho (qui aurait fait un chouette Astérix avec cette composition si contemporaine des débuts du personnage) et des autres personnages.

 

 

Chronique d’une tempête annoncée, Catherine Jentile & Manuel Joachim, 1998

Reportages à Naplouse, Bertrand Coq & Gilles Jacquier, 2003

You can’t take it with you, Frank Capra, 1938

Zazie dans le métro, Louis Malle, 1960

 

À Rennes vient d’avoir eu lieu le festival court métrange. Je l’ai su grâce à cette interview du formidable Jean-Pierre Dionnet. Vive Jean-Pierre Dionnet, Il Grande Silenzio et Django et son cercueil, et à bas toutes les chapelles !

Commenter cet article