You can't hurt a dead man

Publié le par florian

L’Armée du Crime est une leçon d’Histoire, dont il faut surtout retenir le mot leçon. L’Histoire plus forte que le film nous obligera cependant à remercier les auteurs pour leur travail de transmission. Il y a un personnage qui s’appelle Pujol.

Furie m’a permis de découvrir Fritz Lang américain (je ne compte pas Moonfleet vu avec l’école en quatrième aux Baladins) et Spencer Tracy. Le traitement du lynchage est efficace, et la vision de l’humanité… Walter Brennan y tient un rôle similaire à celui de Rio Bravo.

Dans l’Étau, on visite Copenhague, Washington, la Havane et Paris. Philippe Noiret et Michel Piccoli sont quand même de sacrés comédiens, même en anglais. Il y a un personnage qui s’appelle Pujol.

 

L’Armée du Crime, Robert Guédiguian, 2009

Fury, Fritz Lang, 1936

Topaz, Alfred Hitchcock, 1969

 

Voici la scène de Ca$h utilisée cette semaine lors d’un cours.

 

 

Et puis surtout, une chanson efficace qu’Alexandre Desplats semble citer (à moins que je n’entende que ce que je veux).

Pour être informé des derniers articles, inscrivez vous :

Commenter cet article